Comment bien investir dans l’immobilier ?

Date :

Acquérir et mettre en location un bien immobilier fait partie des techniques à votre disposition pour que vous puissiez toucher un complément de revenu. Mais malgré l’attractivité que propose ce secteur d’activité, il est conseillé d’étudier soigneusement le type d’investissement locatif à mettre en place ou l’emplacement du bien. Découvrez nos conseils.

Choisir un secteur porteur

Lorsque vous envisagez d’investir dans l’immobilier, il est préconisé de faire appel à un agent immobilier. Il peut vous aider à trouver un quartier qui attire les locataires. Vous pourriez ainsi louer facilement le bien puisqu’il y a une stabilité de la demande locative.

Quelques critères sont à prendre en compte au moment de sélectionner l’emplacement du bien immobilier. Vous devez entre autres privilégier les logements érigés au cœur de la ville ou à quelques kilomètres du centre. Le seul bémol est que vous aurez besoin d’engager des sommes conséquentes dans l’achat. Ici, si vous n’avez pas assez d’argent pour finaliser la transaction, n’hésitez pas à vous tourner vers un organisme de crédit.

Dans ce cas de figure, le remboursement de la mensualité sera fait avec une partie des loyers. Pour cela, vous pouvez appliquer le principe de la rentabilité brute. Ce dernier consiste à fixer un loyer à partir d’un pourcentage du prix d’achat. Pour calculer la valeur de la rentabilité brute, vous additionnez la somme des loyers annuels puis vous divisez le total avec le prix d’achat multiplié par 100.

Au-delà du critère emplacement, il est recommandé de vérifier la proximité du bien avec les commerces, les moyens de transport et les hôpitaux. Ces éléments restent un gage de valorisation.

Sélectionner avec précaution le projet

L’investisseur peut choisir entre deux options de location une fois le logement disponible. Il y a principalement la location nue et la location meublée.

Dans le cadre d’une location nue, vous ne mettez pas de mobiliers ni de services à la disposition du locataire. Dans ce type de contrat, vous percevez un loyer tous les mois. L’avantage de la location nue est que vous pouvez réaliser une plus-value en cas de revente. En effet, vous avez déjà acquis des profits liés aux loyers en complément du montant de la revente.

L’inconvénient de la location nue est que la gestion du bien demande du temps. En outre, l’impôt à payer est élevé et pourrait aller jusqu’à 50 % des revenus empochés. Pour alléger la pression fiscale, vous pouvez déduire une partie des charges (taxe foncière, travaux…).

Dans la location meublée (à titre de résidence principale ou saisonnière), le locataire trouvera déjà différents ameublements à l’intérieur de l’habitat. Le bail d’une location meublée s’étend jusqu’à un an au minimum. Après ce délai, il y aura une reconduction automatique de l’avenant.

Elle présente un avantage fiscal puisque le calcul de l’impôt est basé sur le régime BIC (bénéfices industriels et commerciaux). Le bien est ainsi amorti au fur et à mesure des années conduisant à une déduction de l’impôt.

Créer une SCI ou société civile immobilière

Le but d’une SCI est de permettre à plusieurs personnes (au minimum 2) de s’associer pour acquérir des biens immobiliers. En supposant que vous disposez d’un capital conséquent, il s’agit donc d’une solution intéressante, car au lieu de percevoir un seul revenu vous pourriez en toucher plusieurs sous la forme de dividende.

Côté fonctionnement, les associés ont la possibilité de mettre leurs biens en commun. Cela signifie qu’un membre de la SCI peut par exemple mettre deux de ses immeubles en apport.

Dans une SCI, les loyers des biens mis en location sont distribués en fonction des parts de l’associé dans la société. En d’autres termes, vous devenez actionnaire de l’entreprise.

L’avantage d’une SCI est que vous pourriez détenir des immeubles, un local commercial ou une maison. Vous possédez ainsi un patrimoine riche. La fiscalité d’une société civile immobilière est également attractive. La raison est que vous n’avez pas de bénéfice à déclarer ni d’impôt à régler.

Le fisc demandera uniquement le paiement des impôts sur les bénéfices des associés. En revanche, vous êtes tenus de déclarer votre quote-part relative à l’IR.

L’inconvénient de la SCI demeure le mode de paiement des loyers. En effet, les dividendes sont seulement distribués six mois après la fin de l’exercice.

Pour bien investir, il est conseillé de contacter une agence immobilière pour vous apporter son aide concernant le choix de l’emplacement.

Autres sujets qui pourraient vous intéresser

Les avantages du faux-mage végétal pour la santé

Date :
Peut-on vraiment manger du fromage dans le cadre d'un régime végétalien ? Oui, il est désormais possible de manger du fromage fabriqué sans l'utilisation de produits animaux peut être sain et délicieux. Végane : des fromages 100% végétal et sans lait cru. On leur préférera l'appellation faux-mages.

L'arbre à chat, l'accessoire indispensable pour tous les félins

Date :
Un arbre à chat n'est pas juste un élément décoratif, c'est une nécessité vitale pour la santé et le bien-être mental de votre chat. Stimulation physique et mentale : Les arbres à chat, comme ceux disponibles chez mon arbre à chat, encouragent les activités vitales qui maintiennent les chats en forme et mentalement alertes.

Comment changer de syndic ?

Date :
Lorsqu’un syndic de copropriété ne remplit pas correctement sa mission, ou qu’il soit trop onéreux, il est possible de le changer. Mais, comment devra-t-on s’y prendre et quels avantages peut-on réellement en tirer ? Le point à travers cet article.